Le SAAS ou – Software As A Service – à savoir un logiciel accessible uniquement via le cloud et non directement installé sur l’ordinateur de l’utilisateur.

La question classique est de savoir quelles sont les options pour un éditeur de SAAS souhaitant entrer sur le marché chinois.

Si vous êtes un éditeur de SAAS, vous avez 2 grandes options:

Le modèle historique dit « offshore »

Dans le schéma offshore, l’idée est d’entrer sur le marché chinois à moindre coût, souvent pour tester le terrain.

D’un point de vue technique, le SAAS reste hébergé sur un serveur cloud hors de Chine continentale.

D’un point de vue commercial, l’éditeur du software trouve un revendeur en Chine pour l’aider à prospecter de nouveaux clients. Par revendeur, on entend généralement une société domestique qui ne dispose pas de licence particulière pour proposer des services SAAS.

D’un point de vue utilisateur, l’utilisateur reçoit un login/password du revendeur lui permettant d’accéder depuis la Chine au logiciel qui reste hébergé à l’étranger. Il paye le plus souvent un abonnement au revendeur qui reverse ensuite une partie de celui-ci à l’éditeur du SAAS.

Ce schéma offshore a assez bien fonctionné dans le passé, mais connait aujourd’hui ses limites et ce pour plusieurs raisons :

      • La distribution en Chine de logiciels SAAS suppose l’obtention d’une licence ICP (Internet Content Provider), coûteuse, complexe à obtenir et que la plupart des revendeurs ne possèdent pas;
      • Le modèle offshore implique que le SAAS reste hébergé sur un serveur hors de Chine. Or, la règlementation chinoise a progressivement imposé une localisation du serveur en Chine continentale;
    • Le Great Firewall of China (système informatique permettant de filtrer le contenu internet étranger accessible depuis la Chine) impose une bande passante limitée et un accès de plus en plus difficile depuis la Chine aux logiciels cloud hébergés hors de Chine. Les autorités chinoises peuvent à tout moment décider de rendre le service inaccessible en Chine.
  1.  

Pour ces raisons, le modèle qui prévaut aujourd’hui et qui sera probablement le seul subsistant à moyen terme est le modèle dit « onshore ». Onshore car le serveur est localisé non pas à l’étranger mais en Chine continentale, en conformité avec la réglementation locale.

About Matthieu Bonnici

Founder of the firm, Matthieu is an international lawyer with over 15 years of legal experience at top US and UK law firms advising a diverse range of clients on investing and operating in China, Hong Kong and Southeast Asia.
His core practice covers mergers and acquisitions, reorganizations, and general corporate matters in multiple industries, with a focus on businesses driven by technology. In addition, Matthieu has large experience in China-related disputes, especially with respect to commercial contracts, employment and foreign direct investments.
Matthieu is also a frequent advisor and mentor to entrepreneurs and startups in connection with their setup, structuring, operations and fundraising. He is also the co-author of Droit-chinois.fr, the leading portal dedicated to the practice of China business law.